Reprise de cire brute et dernier enlèvement de candi pour 2020

Nous proposons à nos adhérents de reprendre leur cire brute (d’opercules) le samedi 21 novembre 2020

A cette occasion, il sera possible d’enlever du candi (et seulement du candi car il n’y pas de préparation préalable).

Pour accéder au dépôt, il est impératif de s’inscrire sur le sondage suivant :

:arrow:    Inscriptions closes

Le sondage, sur lequel il est possible d’ajouter un commentaire (contrainte horaire, demande de remboursement de l’avoir, …), sera clos le 18 novembre à 8h et l’heure d’accès au dépôt sera communiqué le 18 novembre dans la matinée (SMS ou courriel).

En échange de la cire brute, il sera remis un avoir à valoir en 2021 moins la valeur du candi éventuellement retiré. Si le solde est positif, un règlement sur place sera demandé. En cas de demande de remboursement de l’avoir, les frais postaux seront facturés.

Rappel :  Un abattement  minimum de 5 %  sur le poids est appliqué (conditions du cirier) voire jusqu’à 50 % suivant l’aspect de la cire.
Pour info : Prix du kg de cire brute repris = 13,50 € (exemple : 5 kgs de cire propre – 5 % = 4,750 kgs x 13,50 € = 64,13 €)
Prix du candi : Carton de 2 x 5 kgs = 12 €

 

Point de retrait – Situation des commandes au 28 sept 2020

:arrow:   Suivant le volume d’articles commandés, environ 50 commandes maximum par journée de retrait

Retrait du Date limite envoi (1) Statut Report Reçues Exploitées Reportées
30 mai -   :-(     Cdes closes
- 59 57 2
25 juin 5 juin   :-(    Cdes closes 2 40 42  0
23 juil 3 juil   :-(    Cdes closes
 0 35 34 0
10 sept (2)
21 août    :-(    Cdes closes 0 57 46 11
3 oct (2) 12 sept :-(    Cdes closes 11 34 45  0

 (1) Si la commande comprend des pots verre    (2) Dont retrait du candi

Lettre ouverte de l’UNAF pour le maintien de l’interdiction des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes

Face à la pression des producteurs de betterave afin de ré-autoriser les produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes, l’UNAF a décidé d’envoyer un courrier au Premier Ministre, au Ministre de l’agriculture et au Ministre de l’écologie afin de s’assurer du maintien de l’interdiction de ces produits phytosanitaires. Il existe, en effet, des alternatives moins dangereuses pour l’environnement, la biodiversité, les abeilles et les pollinisateurs en général.

:arrow:   LETTRE OUVERTE : Maintien de l’interdiction des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes

Actualités sur Pesticides, OGM et PAC

:arrow:   Communiqué de l’UNAF

Pour information,  quelques points d’actualités nationaux et européens qui portent sur l’évaluation européenne du risque pesticide pour les abeilles,les pesticides, sur le prochain décret OGM et la réforme de la PAC  :

  • Le CP de BeeLife (représente l’UNAF au niveau européen) traduit et retravaillé qui porte sur l’évaluation européenne du risque pesticide pour les abeilles, soit l’adoption d’un Bee Guidance Document potentiellement vide de sens

https://www.unaf-apiculture.info/actualites/les-abeilles-et-les-pollinisateurs-europeens-en-peril-la-commission-europeenne.html

  • Le CP commun avec la Confédération paysanne, France nature environnement, la Fédération nationales d’agriculture biologique et les Amis de la terre au sujet de l’élaboration et du contenu des recommandations du Haut Conseil des Biotechnologie (HCB) sur le prochain décret OGM, notamment en lien avec les variétés tolérantes aux herbicides ou VrTH. L’UNAF fait de nouveau parti du Comité Economique, Ethique et Sociale qui a participé à la rédaction de ces recommandations. Ce CP remet principalement en cause le fonctionnement du HCB

https://www.unaf-apiculture.info/actualites/communique-de-presse-haut-conseil-des-biotechnologies-un-avis-scientifique.html

  • La lettre ouverte au Président de la République qui portait sur les négociations européennes autour du prochain budget de la PAC. Cette lettre a été cosignée par l’ensemble des membres de la plateforme Pour une autre PAC (43 organisations dont l’UNAF) et a notamment été relayée par le média La France Agricole

https://pouruneautrepac.eu/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique/

 

Surveillez vos hausses

:arrow:  Communiqué du président du syndicat des apiculteurs du Cantal

Dans certaines zones du département du Cantal des miellées importantes sur les pucerons ont actuellement lieu. Les apiculteurs parfois méconnaissent ou tout simplement ignorent cette manne qui peut atteindre des niveaux de production importants. Une des difficultés réside dans le simple fait que le plus souvent cela reste peu visible dans l’environnement des ruchers. Il faut ouvrir la ruche et contrôler l’espace de libre dans les hausses.

Les miels issus de ces miellats sont relativement sombres et le plus souvent visqueux à très visqueux. Une mesure du taux d’humidité actuellement donne 17%, mais cela peut descendre encore plus bas. Ceci explique que ces miels sont difficiles et même très difficiles à extraire. Généralement les possesseurs d’extracteurs manuels se lassent vite. Il est préférable de se rapprocher de collègues possédant des extracteurs électrifiés, mais là encore il faut travailler précautionneusement car des nombreux cadres se cassent.

Les principales sources de miellat peuvent être dans le Cantal : chêne, frêne, tilleul, châtaignier et sapin. Il est très difficile de se prononcer sur la durée de ces productions. Généralement de gros orages y mettent fin, tout comme les températures élevées qui dessèchent les secrétions des pucerons que les abeilles ne peuvent plus collecter.

Les volumes peuvent atteindre parfois des niveaux surprenants auquel l’apiculteur n’est pas habitué. Un apiculteur de Haute-Loire sur une seule ruche avait dépassé les 150kg de production de miel de sapin, il y a quelques années !

Ces miels sombres ont leurs adeptes chez les consommateurs avertis. Ils sont plein de subtilités et probablement présentent bien plus d’intérêt gustatif que les miels clairs. Mais souvent les consommateurs occasionnels préfèrent les miels clairs. A vous de les convaincre.

Christian CARRIER

« Articles plus anciens